Ils habitent des tours (en Asie)

Tanji

Mais comment font-ils ? Depuis l’Europe, ces milliers de tours d’habitations qui garnissent l’horizon de toutes les grandes villes d’Asie sont une énigme. Comment habiter dans ce qu’on appelle ici des « cages à lapin » ? Petite exploration géographique de l’espace domestique en Corée du Sud.

Lire la suite

Le Far-West est à vendre (‘First Cow’, Kelly Reichardt)

First CowDans son septième long métrage, First Cow, la réalisatrice Kelly Reichardt revisite le western loin de Hollywood. Dans les territoires tout juste apprivoisés de l’Oregon, elle déterre sous la beauté sauvage des paysages les racines du capitalisme et raconte la marchandisation du monde.

Lire la suite

Christopher Nolan, habitant du monde

Christopher Nolan, la possibilité d'un monde«La géographie est au cœur de l’apprentissage des personnages nolaniens.» Page 89 de Christopher Nolan, la possibilité d’un monde, fin du (faux) suspense : le cinéma de l’auteur d’Inception et Interstellar regorge d’espace. Timothée Gérardin, dans un essai aussi bref que passionnant et facile d’accès, montre comment Nolan travaille, en dix longs métrages, le thème de notre rapport existentiel au monde, de notre «habiter».

Lire la suite

Paterson, ville poème (Paterson, J. Jarmush)

PatersonOn avait laissé Jim Jarmusch, dans Only Lovers Left Alive, avec deux vampires-dandies-rockers errant la nuit dans les ruines industrielles de Detroit. Deux vieux artistes désabusés, essayant de survivre dans un monde leur échappant. Autre face de la même pièce – et sans doute de la personnalité du cinéaste –, Paterson décortique le quotidien d’un chauffeur de bus. Le bien nommé Paterson, incarné par le non moins bien nommé Adam Driver, parcourt la petite ville de Paterson, dans le New Jersey, autre ancien bastion de l’Industrial Belt. Quel rapport avec les musiciens noctambules ? Paterson, lui aussi en décalage avec le monde qui l’entoure, s’échappe en écrivant des poèmes. À travers ce personnage faussement banal, Jarmusch traque la poésie dans les moindres recoins de l’existence et, comme dans le reste de son cinéma, extrait la beauté du quotidien.

Lire la suite