Lagos, capitale du futur ?

Manuwa Street

Principale ville du Nigéria, Lagos, monstre de plus de vingt millions d’habitants, semble concentrer à elle seule les contradictions du modèle économique dominant. Il y a plus de trente ans, Mike Davis anticipait, à travers Los Angeles, des tendances préoccupantes (dérive sécuritaire, privatisation de l’espace public) appelées à devenir la norme mondiale. C’est Lagos, aujourd’hui, qui offre un aperçu du quotidien à venir de nombreux territoires.

« Il y a tant de raisons de s’indigner au Nigéria qu’on ne peut plus se révolter contre quoi que ce soit, sauf à s’épuiser de fatigue et de colère. » Ce cri du cœur, l’écrivaine et journaliste Sophie Bouillon, en poste à Lagos depuis 2016, l’exprime dans un récit aussi court que percutant sur les réalités de cette mégapole tentaculaire. Urbanisation anarchique, expulsions, embouteillages, coupures d’électricité, projets pharaoniques, soumission aux desideratas internationaux, pénétration des milieux d’affaires dans les sphères gouvernementales, économie totalement dépendante du pétrole. Bref, toutes les dérives du capitalisme mondialisé réunis en une seule ville.

Là, encore plus qu’ailleurs, la richesse ostentatoire côtoie ouvertement l’extrême pauvreté. Et si la ségrégation existe bel et bien (fossé bien visible entre les deux rives du lagon), les différents mondes cohabitent bon an mal an. « On dit de Lagos que c’est le bidonville le plus cher au monde. » De ce fait, on rase, on expulse et on construit. Des quartiers d’affaires. Des projets colossaux tels qu’Eko Atlantic[1], « fantôme de Dubaï » visant à inscrire la ville en bonne position dans la compétition urbaine mondiale. Des boîtes de nuit huppées (« Il faut oublier, boire et faire la fête à Lagos, sinon tu deviens fou »). Bref, tout un archipel connecté aux grands réseaux internationaux et réservé aux classes supérieures et expatriées. Hors de ces îlots de prospérité, des habitants de facto assignés à résidence.

Lagos
Le quartier d’Amukoko, construit en zone marécageuse – © Groupe Huit, 2014 (https://metropolitiques.eu/Quel-avenir-pour-les-quartiers.html)

Ce melting pot semble tenir grâce à LA grande force du capitalisme : l’illusion selon laquelle tout est possible pour tout le monde. Lagos est peuplée de « damnés qui aspirent tous au paradis ». « Riches, pauvres, ultra-riches, ultra-pauvres, tous partagent la même passion de l’argent, ce même désir du plus grand, du plus haut, du meilleur. Et tous sont persuadés qu’ils y arriveront. » Et quand des perturbations viennent annihiler ces espoirs (chute des prix du pétrole, confinements à la suite de l’épidémie du coronavirus, réchauffement climatique[2]), c’est un pouvoir autoritaire qui doit mater les révoltes et imposer un retour à la « normalité ». Jusqu’à la prochaine…


[1] https://www.jeuneafrique.com/1000018/economie/nigeria-horizon-2026-pour-le-manhattan-de-lafrique/

[2] https://www.lalibre.be/planete/environnement/2021/08/02/lagos-deuxieme-ville-la-plus-peuplee-dafrique-bientot-inhabitable-ce-nest-quune-question-de-temps-3LJBGXNZNVDT5GEDS2RQXND4RM/


Sophie Bouillon, Manuwa Street, Premier Parralèle, 2021.


Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Une réflexion au sujet de « Lagos, capitale du futur ? »

  1. Ayant vécu et travaillé là de 1977-1980, soit il y a plus de 40 années !
    Rien ne progresse tout dégénère !
    Tout est corrompu, dissous.
    Il me reste un disque 33t de Prince Nico M’Barga and the Rocafil Jazz !
    Sweet Mother
    Angelina et d’autres !
    Bonne soirée !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s