Va-t-on s’entendre avec les animaux?

Singes voleurs, BaliOn approche du moment où l’éthologie cognitive permettra de connaître le langage des animaux. Il faut attendre un Champollion par espèce. En attendant, suivons les singes voleurs de Bali et autres aventuriers chez les animaux qui pourraient, un jour, nous conduire à abandonner le modèle industriel de production de viande.

Jean-Baptiste Leca a suivi les singes qui volaient les affaires des touristes à Bali au temple d’Uluwatu. Les voici désemparés. Car avant le Covid, les primates subtilisaient lunettes, sacs, appareils photos pour négocier leur pitance en échange. Or, sans touriste, la vie est plus compliquée… Ce n’est pas tout. Leca a pu montrer que les singes adultes connaissaient les objets de haute valeur comme des lunettes de vue qui rapportent bien plus qu’un sac vide pour lequel la négociation est plus ardue. Il ne faut pas espérer les rouler dans la farine. Cela étant, c’est parce qu’un humain leur a appris à voler que le singes ont adopté ce comportement « protoéconomique »[1]. On n’est pas encore dans l’interaction langagière mais on avance dans les mécanismes de compréhension de la cognition animale[2].

Les Animaux parlent

Tout autre est le point de vue du biologiste Nicolas Mathevon, qui étudie les communications acoustiques animales et humaines depuis trente ans à l’université de Saint-Etienne. Pour répondre à la question de savoir si les animaux ont un langage, il faut se demander s’ils ont un langage du même type que notre langage parlé, permettant d’échanger des informations en faisant des phrases. Pour l’instant, on ne sait pas entrer dans le cerveau d’un non humain. Mais on sait que « le mâle diamant mandarin ne répond aux appels de sa femelle qu’en présence d’un couple apparié » ou encore que « le bonobo informe ses compagnons de la présence de nourriture par une suite de vocalisations ». On voit aussi les mérions superbes coopérer pour faire fuir un prédateur, les orques ajuster leur comportement de chasse en sifflant, le babouin chacma vocalisant avec ses congénères selon le souvenir qu’il a de ses événements passés. On est là sans doute dans des réflexes incontrôlés. Pour Mathevon, certaines vocalisations animales ne relèvent pas toutes de l’émotionnel. Notamment pour les espèces qui ont une vie sociale complexe. Du coup, revient la question du langage… Terme bien pratique !

Même recherche dans l’océan Indien par l’association Globice qui a enregistré 10 000 heures entre juin et octobre 2020 des baleines à bosse venues se reproduire alentour des Mascareignes. Utilisent-elles toutes le même chant ? Un chant constitué de notes formant une phrase répétée plusieurs fois jusqu’à plusieurs heures, principalement par les mâles alertant les femelles de leur présence intéressée sur les sites… Douze phrases ont été repérées par Adrian Fajeau sur quatre ans, formant trois chants[3] dont certains sont diffusés par les baleines elles-mêmes sur la zone.

La quête scientifique du langage animal sera longue. Car si l’on voit peu d’animaux dans les forêts, on les entend. « Les oiseaux chantent avec deux voix en même temps, les sauterelles entendent avec les pattes, les chauves-souris voient avec les oreilles, les poissons trompettent avec la vessie, des colombes sifflent avec les plumes, des araignées tambourinent avec les pieds, des petits oiseaux font des claquettes, les hyènes rigolent ». Et qu’on ne s’étonne pas de savoir que les poussins communiquent entre eux alors qu’ils sont encore dans les œufs avant l’éclosion. La bio-acoustique permet de comprendre la grandiose musique de la nature.

Les Portes de la perception animale

Mieux encore, Benoit Grison (université d’Orléans) montre qu’au sein du monde animal, la perception d’informations pertinentes sur l’environnement est un enjeu de survie. Des dizaines de sens sont mis ainsi à contribution. Et l’inventivité de l’évolution, cet « horloger aveugle », est sans limite. On citera le calamar Architeuthis qui possède un œil de la taille d’un ballon de volley-ball. Ou encore certaines méduses cubiques qui ont une vision des couleurs ? Sans oublier les grands singes qui détectent les molécules végétales aptes à les soigner… Avec l’humour et le talent d’Arnaud Rafaelian, illustrateur, Grison montre comment les neurosciences ouvrent de grandes portes dans le monde animal. En reléguant Descartes, pourtant ami des chiens, dans le camp des obscurantistes, niant la « sentience » que son contemporain astronome et philosophe, Pierre Gassendi pressentait déjà.

Au siècle dernier, les biologistes Konrad Lorenz et Karl von Frisch avaient écrit sur les oies et la danse des abeilles. Mathevon raconte des centaines d’anecdotes permettant de se faire une idée de la complexité qui nous attend dans la recherche. Paruline du Brésil, manchots royaux de Crozet, otaries des terres australes françaises, phoques et dauphins du Grand Nord, diamants mandarins…  Suivons le tango des éléphants de mer, les larmes du caïman, les rires des hyènes. Écoutons les crocodiles du Venezuela filmés par Antonio Fischetti et Jacques Mitch à l’écoute de la nature.

Les crocodiles du Venezuela. © A. Fischettii nous invite dans une de ses missions de recherche.

Écouter les animaux pour changer de modèle alimentaire

Et posons, in fine, les questions qui fâchent, non pas seulement celle sur la perte de biodiversité animale sauvage. Ni sur la longue marche vers une compréhension commune entre les humains et les animaux, mais sur le droit qu’ils ont de vivre dans une nature où ils seraient respectés parce que considérés parce que faisant partie de la nature au même titre que les humains. Méditons simplement cette histoire américaine, en 1998, « d’une truie de type vietnamien prénommée Lulu s’étendant au milieu de la route pour alerter un automobiliste que sa propriétaire venait d’être terrassée par une crise cardiaque »[4].Allons jusqu’au massacre des animaux organisé par une industrie plus vorace que jamais. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) compte 70 milliards d’animaux terrestres abattus chaque année dans le monde pour la production de viande. Un chiffre à mettre en regard avec les 800 millions de personnes sous-alimentées… Rien qu’en France, chaque année, sont abattus un milliard de volailles (poulets, canards et autres), 37 millions de lapins, 25 millions de cochons, près de 5 millions de bovins et plus d’un million de chèvres. Et nous n’avons pas de chiffres pour les poissons… Que penseront les générations futures de ces boucheries qui s’apparentent, toutes proportions gardées, à celles des Romains qui ont massacré pendant sept siècles la faune sauvage exceptionnelle de la Méditerranée et d’une partie de l’Afrique de l’Est au Colisée ?

Sinon, à quoi sert l’éthologie si nous n’en tirons pas les conclusions ? Faut-il réécouter Léonard de Vinci pour qui « le jour viendra où les personnes comme moi regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd’hui le meurtre des êtres humains » ? Et des dizaines d’autres savants qui ont une prescience de ce qui pourrait, enfin, advenir ?


[1] Elsa Addessi, Thomas Boraud and Sacha Bourgeois-Gironde, « Existence and prevalence of economic behaviours among non-human primates », Philosophical Transactions of the Royal society B, vol. CCCLXXVI, n° 1819, 1er mars 2021.

[2] Lire l’interview de Sacha Bourgeois-Gironde par Hélène Frouard dans Sciences humaines https://www.scienceshumaines.com/pourquoi-les-singes-ne-sont-pas-de-bons-economistes-entretien-avec-sacha-bourgeois-gironde_fr_43093.html

[3] Le Monde, 7 avril 2021.

[4] Jean-Baptiste Del Amo, Règne animal, Gallimard, 2017.


Nicolas Mathevon, Les Animaux parlent, sachons les écouter, humenSciences, 2021.

Benoît Grison, Les Portes de la perception animale, Delachaux et Niestlé, 2021.


Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Une réflexion au sujet de « Va-t-on s’entendre avec les animaux? »

  1. à Gilles Fumey

    Bonjour,
    j’ai lu avec intérêt votre article « Va-t-on s’entendre avec les animaux » que j’ai trouvé informatif sur le thème fascinant de la communication animale au sens où ils communiquent entre eux, le décodage du langage animal me parait en effet passionnant tant que cette activité reste du domaine de la démarche scientifique. Justement de ce point de vue, deux choses m’ont interpellé voire perturbé, je vous en fais part en espérant pouvoir recueillir votre commentaire:

    – sur cet extrait de votre article:
    « Méditons simplement cette histoire américaine, en 1998, « d’une truie de type vietnamien prénommée Lulu s’étendant au milieu de la route pour alerter un automobiliste que sa propriétaire venait d’être terrassée par une crise cardiaque »[4]. »
    En premier lieu cette référence me parait de manière un peu abrupte sortir du propos général de votre article puisque il s’agirait selon l’interprétation qui en est faite d’une tentative de communication de l’animal à l’homme contrairement à tous les exemples que vous citez par ailleurs. Et surtout, sans en connaitre plus sur cet évènement que vous reprenez, il me semble l’interprétation du fait rapporté peut être largement « suspecté » d’être entachée d’un « biais de corrélation illusoire ». Dans tous les cas, la mention de cette « histoire américaine » m’a paru pour le moins saugrenue et je n’en ai toujours pas saisi le sens dans le fil de votre article. qui m’ont quelque peu rouiller votre des animaux entre eux et manière dont les animaux communiquaient communication animale et souhaite vous faire part de deux interrogations

    – la publication de votre article sur le blog de Mediapart se termine par le renvoi suivant:
    « Si le sujet vous intéresse, vous pouvez écouter l’une des vidéos de Leila Del Monte qui a la particularité de communiquer avec les animaux » avec un lien sur une video de cette personne intitulée « Les animaux ont-ils une conscience ?  »
    Quelle n’est pas ma stupeur en visionnant cette video suite à votre article tout à fait informatif et « rationnel » de tomber sur un tel contenu totalement déconnecté de votre sujet et à verser au domaine des pseudo-sciences et croyances irrationnelles. Je saisis bien que votre article (+ les ouvrages qu’il référence) et l’activité de Leila Del Monte concernent tous deux ce qu’on peut dénommer « communication animale » mais on est sur des domaines, des démarches, une approche complètement distincts et la présence de cette vidéo sur le blog Mediapart (qui n’est pas référencée sur le site présent) m’a vraiment « dérangé ».

    Merci par avance pour vos commentaires ou explications,
    Bien cordialement,
    Eric BOST

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s