Rocky, les gants de boxe de la droite américaine

Rocky. La Revanche rêvée des Blancs

Une biographie de Rocky Balboa, personnage de cinéma ? Et pourquoi pas. À travers le boxeur créé en 1976 par Sylvester Stallone, l’historien Loïc Artiaga nous plonge dans l’histoire de la boxe et celle de l’Amérique du dernier tiers du 20e siècle. Et explore la portée idéologique d’un héros mondialement célèbre. (Manouk Borzakian)

Lire la suite

Gustave Courbet, le peintre qui fait penser les pierres

Gustave Courbet, Autoportrait
Autoportrait. Le Désespéré, Gustave Courbet, 1843, coll. privée.

Le 10 juin 1819 naissait à Ornans (Doubs), Gustave Courbet, un peintre très géographique, attaché à sa région franc-comtoise. Y puisant son inspiration dans les bois, la faune et la vie quotidienne des villages. Avec Cézanne, il fut un peintre fasciné par le calcaire à une époque où la géologie était en plein essor. Examen d’une passion peu ordinaire. (Gilles Fumey)

Lire la suite

L’Arctique, nouvel eldorado ?

Arctique

Ces dernières années laissent entrevoir un engouement vers les zones polaires, principalement à la faveur d’un réchauffement climatique rendant ces régions a priori plus favorables à l’activité humaine. Alors, l’Arctique, un nouvel eldorado ? (Renaud Duterme)

Lire la suite

Bruno Latour, écologie du vide

Bruno Latour, omniprésent penseur de l’écologie politique, débarque avec un scoop : il existe une « classe écologique », fer de lance des luttes futures. Derrière l’effet d’annonce, on comprend surtout que le sociologue aurait dû lire quelques livres de géographie, entre autres, avant de nous infliger le sien. (Manouk Borzakian)

Lire la suite

Laissez la place aux femmes !

Atlas des femmes

Le monde vu par les femmes n’est pas tout à fait celui des hommes. Et pour cause… L’infernale division des tâches qui les a assignées à résidence a du mal à être remise en cause. Un combat mené à l’échelle planétaire pour une égale dignité de celles qui sont la « moitié du monde ». Bilan avec l’Atlas des femmes édité par Le Monde et La Vie. (Gilles Fumey)

Lire la suite

Savez-vous plantez les choux ?

L'École comestible
Apprendre à se nourrir avec des plantes © L’Ecole comestible

Ah, les minots qui aiment tant mettre la main à la pâte de pain, brosser des carottes, planter les choux ! Qui leur ôterait ce plaisir de découvrir le monde par leurs nourritures ? Ou plutôt qui le leur donnerait s’ils n’ont pas de parents ou grands-parents éducateurs, de lopin de terre à leur disposition parce qu’ils habitent en ville ? Qui, sinon l’école ? (Gilles Fumey)

Car, il est bien connu qu’on peut tout demander à l’école. On peut tout demander, notamment aider ces jeunes humains à se nourrir correctement.

Sujet inflammable que l’alimentation, pour les parents, les nutritionnistes, jusqu’aux ministres comme Jean-Michel Blanquer qui aime tant servir les petits-déjeuners industriels aux bambins.

Inflammable ? L’exemple de la Suisse brille au firmament des politiques incertaines : les petits Suisses ont tous des cours de cuisine et, pourtant, la malbouffe se porte très bien outre-Jura.

Inflammable en France avec les ravages de l’obésité infantile, du diabète et des inégalités d’accès aux nourritures de qualité.

L’École comestible, une éducation en rupture avec les Semaines du goût

Tels Sisyphe et son rocher, les promoteurs d’une éducation à l’alimentation poussent à une politique globale de formation à des habitudes alimentaires « saines ».

Fondée par la journaliste Camille Labro et greffée sur le réseau mondial Edible Schoolyard, l’Ecole comestible sensibilise à la notion de goût, d’alimentation diversifiée par des produits frais, locaux, issus de modes de production durables et de qualité.

Des dizaines de milliers d’enfants découvrent les semences et les légumes qui sont à la base de leur alimentation. Des dizaines d’expériences similaires existent partout dans le monde.

Une vraie rupture avec les « semaines du goût » et autres entourloupes de l’agroalimentaire faisant des marionnettes aux enfants avant de remplir le frigo des parents à coup de publicités.

Quel est le lien entre une découverte en classe, si merveilleuse soit-elle, et ce que les enfants trouvent au domicile qui regorge de céréales, de barres chocolatées, de jus de fruits et de toutes sortes de « produits laitiers » industriels lorsqu’ils rentrent de l’école ?

Les Italiens du mouvement Slow Food ont été les premiers à parier sur une éducation dans des jardins, avec distribution de graines, sensibilisation aux pollinisateurs, ateliers de transformation de fruits et légumes, de manière à bien relier les aliments à la nature, aux paysages, y compris dans des potagers sur les toits.

Une seule vache peut fournir 175 millions de burgers

Compte tenu de l’évolution – irréversible – d’une production alimentaire issue de la food tech, un déclin (relatif) de la viande issue d’élevages industriels, il va falloir accompagner cette mutation alimentaire qui clôt une partie de l’aventure humaine du néolithique à l’origine de l’agriculture.

Si le Good Food Institute a raison, expliquant qu’une seule vache peut fournir les cellules souches pouvant être à l’origine de 175 millions de burgers, tout en restant vivante, si le foie gras de canard est cultivé « sans élevage ni abattage », si le caviar, les œufs, le bœuf de Kobé peuvent être issus de bioréacteurs installés dans des usines d’où viennent déjà salades et tomates cultivées en hydroponie, alors il faut expliquer les tenants et aboutissants de cette révolution.

Sacré défi pour l’école !


Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Les arbres doivent-ils pouvoir plaider ?

Forêt primaire
Une forêt primaire est un écosystème rare qui n’a jamais connu l’intervention de l’homme au cours de son histoire. Ses arbres, souvent millénaires, abritent une grande diversité écologique. © Geo

Après les rivières, les forêts ? Les combats pour reconnaître le droit des fleuves à s’écouler jusqu’à la mer débordent sur d’autres pans du monde végétal : les forêts pourraient devenir des sujets de droit, comme le montre une exposition bientôt ouverte à Grenoble. (Gilles Fumey)

Lire la suite